fbpx
Opinion

L’étau se resserre sur le journaliste

Le livre DEBOUT de Martin Camus suspendu par la maison d’édition..

Suspension de vente et édition en attendant la conclusion de l’enquête !

Chaud devant

Opinion

Mali 🇲🇱 | SAMUEL ETO’O FILS REÇU PAR ASSIMI GOÏTA.

Le Président de la Transition, Chef de l’État, le Colonel Assimi GOÏTA, a reçu le dimanche 13 Juin 2021, Samuel Eto’o fils, ancien footballeur camerounais international.

C’était en présence de Mossa AG ATTAHER Ministre de la Jeunesse et des sports du Mali.
Après l’avoir félicité, l’international camerounais a souhaité au Président de la Transition une grande réussite dans sa mission de Chef de l’État, suite à sa désignation comme Président de la Transition.

La star du football s’est dit heureux d’avoir été reçu par le Président de la Transition Assimi GOITA, et a réaffirmé sa volonté d’accompagner le peuple malien et sa jeunesse dans ces périodes difficiles de crise sociopolitique.

En quelques mots, Eto’o Fils a expliqué la raison de sa présence au Mali: » Je suis venu au Mali à l’invitation de mon grand frère Boubacar Sidiki SANGARE, Président du Mouvement éponyme et Président de l’Organisation Mondiale des Experts (OMEX), en qualité d’invité pour assister à la première édition de la finale de football entre deux jeunes équipes maliennes qui s’est jouée, le samedi 12 juin 2021″. C’est en marge de cet évènement que l’ancienne « gloire » du football mondial a saisi l’occasion pour une visite de courtoisie au Président de la Transition.

Le site de la présidence relate que Assimi Goïta a à son tour, a remercié Samuel Eto’o fils pour l’intérêt qu’il porte à la jeunesse malienne tout en espérant qu’il servira d’exemple pour toute la jeunesse africaine.

Source: Koulouba

Opinion

Le silence Lourd que masque la présence policière Camerounaise chez le Pr Kamto

Il n’est plus besoin de revenir sur les évènements récents qui, expliquent pourquoi le Pr. Kamto serait en résidence surveillée puisque, nous savons que l’initiateur de la marche du 22.09.2020 au cameroun, a sérieusement compliqué la vie des autorités camerounaises ces deux dernières années.

Source web

Comment comprendre que le président national du MRC qui après avoir réuni autour de lui, des « opposants » assez forts pour faire du mandat de Biya un réel enfer soit introuvable ? A cela, Qu’il n’en fut visible nulle part « le jour dit » il est jusqu’ici triste de constater que, ni Dame Kah Walla, ni le reste de ses nouveaux alliés politique pour la marche du 22.09.2020 n’ont étés sur la scène de confrontation avec les forces de maintien de « l’ordre ».

Jusqu’ici, notre rédaction s’est penchée sur la question du silence du président national du mouvement pour la renaissance du Cameroun, et rien ne justifie l’état actuel des choses. Il faut avoir à l’esprit que ce dernier avait déjà été incarcéré après les élections présidentielles de 2018. Ce qui a largement jeté l’opprobre sur le gouvernement qui démontrait là son immaturité face à un candidat de la trempe de celui qui est devenu le symbole de la renaissance camerounaise. Partant de cette constatation, serait-il donc trop osé de croire que le gouvernement ait appris de ses erreurs et par ricochet, soumis le président Kamto à une séance de torture à domicile ?

Source web

Atanga Nji, le ministre le plus tristement célèbre du Cameroun, anciennement pensionnaire de l’institut pénitentiaire Kondengui a une dent particulière vis-à-vis du MRC et en ce qui concerne la personne de Kamto.

On l’a entendu à plusieurs reprise menacer ces derniers respectivement de dissolution et d’emprisonnement via, le média national qu’il utilise savamment pour des besognes de cette nature.

HYPOTHÈSE:

La police nationale, sert de bras armé actuellement afin d’empêcher aux Partisans favorables aux idéologies du Pr Kamto non de le voir sortir, mais d’investir son domicile dans lequel il ne se trouve pas seul.

PLUS CLAIREMENT:

Nous pensons que la vie du Pr Kamto est sérieusement en danger et que les prochaines communications de ce derniers devraient être scrupuleusement analysées. ( voire le cas Msr Balla avec la mention: « je suis dans l’eau »)

Une victime des forces de coercition

CE SUR QUOI NOUS NOUS APPUYONS :

Il est important que le peuple prenne conscience de ce que le porte-parole du Pr Kamto a toujours servit loyalement et rendu compte aux alliés et amis du parti MRC.

Il y’a quelques mois, alors que le gouvernement ne comprenait pas encore les mécanismes de fonctionnement du Parti de Olivier Bibou Nissack, ce dernier avait été laissé en liberté alors que près de 400 personnes remplissaient les prisons du Cameroun. Par contre, il est claire que sont arrestation limite les communications avec la diaspora qui s’avérerait être plus que redoutable en face d’une arrestation du Pr. Kamto (L’assaut dans les Ambassades de Paris et Berlin pèse encore sur l’es rapports entre les jeunes de la diaspora et le gouvernement).

QU’EST-CE QUE CELA VEUT DIRE?

Plus de Porte-parole, plus de d’informations !

Bibou Nissack

Le Pr Kamto séquestré, plus de leader visible !

Dans un pays comme le Cameroun, il devrait être claire pour tout le monde que seul la sortie du Président national du MRC aurait suffit à évincer ce qui reste du régime de Biya!

Il est donc fondamental pour tout gouvernement aux abois comme celui du Cameroun actuel, de réduire au maximum le périmètre de sécurité de son ennemi mortel.

CORONAVIRUS +PROCRASTINATION = SOUMISSION !

Des citoyens chantent malgré eux les louanges du dictateur

Si les populations ne libèrent pas le leader de l’opposition, le gouvernement retiendra la diaspora éloignée et materait la population locale sans craindre ni les représailles Européennes ni celle Africaines. Et comme la plupart des dictatures, elle absorbera toute espoir d’un peuple qui n’aura pas osé lever la tête quand il le fallait.

NB: ceci reste hypothétique !

Opinion

Exhortation Fédéraliste

Ceux qui subitement décident d’être candidats aux élections législatives et municipales remplissent vraiment les conditions. 🤔

Nous avons assisté aux multiples candidatures au MRC lors des élections locales ou couplées en 2020.

Le MRC était capable de présenter les candidats partout aux postes de députés, maires ou conseillers.

Cependant un an plutard on observe quelque chose d’étrange:

Plusieurs qui étaient candidats n’ont jamais contribué ne serait-ce que pour un repas pour les prisonniers politiques et pire même rendre visite aux familles des prisonniers ou aux prisonniers.🤔

Ceci nous interpelle vraiment parceque si nos pseudos élus n’ont point connaissance de l’aide aux prisonniers politiques, c’est une fois élus qu’ils seront au service du citoyen ?

Il est temps de parler de Renaissance même au MRC avant de parler de Renaissance du Cameroun.

Kuete the federalist

Opinion

Identité africaine

Bonjour à tous,
Je sais qu’on en parle tous les jours, et ce sur tous les réseaux sociaux.
Mais il est nécessaire de revenir sur le sujet de l’identité africaine. Je suivi cet extrait que je vous ai partagé en vidéo d’une série Netflix donc je n’ai pas les droits afin que les femmes de notre communauté comprenne l’impact que notre habillement à sur la culture et surtout sur la manière dont on nous voit.
À cela et ce, nonobstant le fait que beaucoup dirait que « l’habit ne fait pas le moine » je dirais que tous les moines ne sont reconnaissable qu’à leurs habits.
Dites-moi en commentaire ce que vous en pensez à bientôt.

N’oubliez pas de soutenir la chaîne ici👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾👇🏾

https://gofund.me/06aaa5d3

Styvy Online Tv

Opinion

Plusieurs milliers de participants manifestent avant les élections

Manifestation « Fridays for Future » à Dortmund : « Vous devez vous battre pour la justice climatique »

Karsten Wickern | Nordstadtblogueur

Par Anastasia Zejneli

Frieda franchit le mur avec assurance en direction de la Kleppingstrasse. L’intersection est entourée de voitures de police, la lumière bleue entoure les gens qui crient fort de l’autre côté de la rue. “Nous sommes ici, nous sommes bruyants parce que l’avenir nous est volé”, un écho de l’autre côté de la rue. Les voix des participants à la démonstration se mêlent aux cloches des cyclistes – qui s’approchent de l’intersection. Tous ensemble – divisés en neuf trains de démonstration vers Hansaplatz – ont manifesté vendredi dernier (24 septembre 2021) pour la justice climatique. Frieda dirige la démonstration de course qui a commencé dans le Kreuzviertel à Vinckeplatz. Elle tient le panneau en carton au-dessus de sa tête avec les deux mains. On y voit une terre. « À manipuler avec précaution » est écrit sur le panneau en grosses lettres rouges et blanches. Le jeune de 14 ans assiste pour la première fois à une démo de “Fridays for Future”. Un ami court à côté d’elle, seulement ensemble ils s’emparent de la pancarte. « C’est formidable de courir ici », dit-elle fièrement. “C’était important pour moi de faire enfin quelque chose à propos de la situation aujourd’hui.”

Plusieurs milliers de participants manifestent pour une meilleure gestion du climatKarsten Wickern | Nordstadtblogueur

Et elle n’était pas seule avec ce souhait – environ 3 400 participants ont pris part aux manifestations de course à pied et de cyclisme pour la grève mondiale pour le climat. Ils sont venus au centre-ville de Witten, Lünen et de tous les quartiers de Dortmund pour soutenir leur cause. Comme pour la plupart des démos de Fridays for Future, les enfants et les grands-parents étaient dans la rue.

Konrad, cinq ans, a couru avec sa mère et d’autres enfants du Kreuzviertel à la Hansaplatz. Le groupe a attiré l’attention sur lui-même avec un signe qu’il a fabriqué à partir d’une terre brûlante. Konrad, qui descend dans la rue « pour les ours polaires », ainsi que sa mère Anna, qui souhaite une vie meilleure pour ses enfants, ont lentement arpenté les rues fermées aux voitures.Karsten Wickern | Nordstadtblogueur

Non loin d’elles, quatre femmes plus âgées portent de gros cœurs en carton devant leur corps. La terre se voit sur les cœurs. Felicitas Juncker est l’une des femmes. Elle fait partie du groupe local Kamen de “Omas for Future” et souhaite “que le monde soit encore vivable pour ses petits-enfants”.

Sina Lensing est également préoccupé par les générations à venir. Avec son mari et leur petite fille Mileika, ils ont participé à la 
démonstration de vélo de Brackel. « C’était une super ambiance lors de la démonstration de moto et c’était agréable de pouvoir rouler avec autant d’espace sur la route. » Cependant, ils ont dérangé les automobilistes qui ont dû s’arrêter à cause de la démonstration. « Même s’il était clair qu’ils ne pouvaient pas continuer tout droit, beaucoup ont démarré leur moteur, ce qui m’a agacé », dit-elle.

Faites une marque avant les élections générales de dimancheKarsten Wickern | Nordstadtblogueur

En plus des familles avec enfants, il y avait aussi beaucoup de jeunes dans la rue. Léonie Kohlbach est allée manifester avec ses camarades. Le département de design de l’Université des sciences appliquées de Dortmund a peint des panneaux pour la démonstration avec les étudiants de première année dans le cadre de la semaine d’orientation. Le moment de la démonstration était particulièrement important pour l’étudiant. «Je pense que c’est bien de redescendre dans la rue si peu de temps avant les élections.» Cependant, elle n’a pas beaucoup d’espoir dans les partis dont les membres se présentent au Bundestag, admet-elle.

La peur de l’avenir et le manque de perspectives qui en découle, ressentis par de nombreux participants à la démo, ont également été repris par les intervenants sur scène. La performance de la slameuse de poésie Lara de « Campus for Future » a notamment traité de ces sujets. Elle a abordé les différentes peurs qu’elle, sa mère et sa grand-mère avaient et ont encore à un jeune âge.

Marc Schmitt-Wiegand de « Parents for Future », qui s’est retrouvé sur scène, n’était pas non plus très optimiste quant à l’avenir : « Vous ne pouvez pas voter pour la justice climatique, vous devez vous battre pour la justice climatique », souligne-t-il et ajoute que même après les élections, des manifestations seront nécessaires.

Incidents mineurs lors de la manifestation Fridays for FutureKarsten Wickern | Nordstadtblogueur

Malgré la bonne ambiance des démos et du rallye, qui était accompagné par la musique des groupes « Mune » et « The Superfanatastic Bling Bum Boys », il y a eu des incidents mineurs. Lors de la manifestation de course à pied dans le Kreuzviertel, une dame a tenté de faire tourner sa voiture près du train. Ce n’est que grâce à l’intervention d’un steward et d’un participant que la femme a pu être empêchée de reculer dans la manifestation.

C’était paisible même pendant le rassemblement. A l’exception d’un passant qui a jeté un petit pain sur la scène, la police l’a immédiatement pris en charge, l’ambiance était détendue. C’est exactement ce dont profitent les militants du mouvement « Extinction Rebellion » (XR) et bloquent sans préavis la Kleppingstrasse après la fin officielle de la manifestation de vendredi.

Huit personnes étaient sur la route lorsque la police a sécurisé la route avec plusieurs voitures d’équipage. Avec un discours, diverses banderoles et affiches, « XR » a voulu appeler les habitants de la région à donner leur voix à la protection du climat et des espèces. La police a dispersé la manifestation dans la soirée

Opinion

Marthe Moumié ou la persécution jusqu’à la mort

’’Ça c’est l’histoire du Cameroun, il faut que la jeunesse camerounaise voit ces choses-là, ils ne connaissent pas…On cache l’histoire aux jeunes, on cache tout’’ Marthe Moumié

Femme forte et puissante, elle a accompagné son époux dans tous ses combats et s’est battue pour son pays. Elle a milité toute sa vie contre le colonialisme et pour les indépendances africaines. Son combat symbolise le sacrifice des femmes pour la liberté et la dignité de l’Afrique .Elle souhaitait que son témoignage aide la jeunesse à connaître l’histoire du colonialisme telle que l’ont vécu les peuples colonisés. ’’Ça c’est l’histoire du Cameroun, il faut que la jeunesse camerounaise voit ces choses-là, ils ne connaissent pas…On cache l’histoire aux jeunes, on cache tout’’. Le 08 janvier 2009, Marthe moumié est retrouvée, violée et étranglée dans son domicile à Ebolowa.

Opinion

🔴🔴 URGENT

ELIG-MFOMO : UNE ARME À FEU SORTIE LORS DU RENOUVELLEMENT DES ORGANES DE BASE DU RDPC

Le RDPC est décidé de nous montrer des vertes et des pas mûres. Après les bagarres, les routes barricadées et les circulations paralysées, les édifices publics incendiés, maintenant c’est les armes à feu qui s’invitent lors du renouvellement des organes de base du parti au pouvoir.

Tél que vous pouvez le voir dans cette vidéo, la scène se passe à Elig-Mfomo, une commune du Cameroun située dans la région du Centre et le département de la Lekié, à 60 km de Yaoundé. Une arme à feu sortie pour probablement attenter à la vie de son camarade de parti. Heureusement la foule a maîtrisé le porteur d’arme.

Comment les militants d’un même parti politique peuvent arriver à ce niveau de sauvagerie ?

Pourquoi tant de bagarre juste pour un simple renouvellement des organes de base ?

Y’a-t-il des subsides en perspective ?

Est-ce parce que c’est le parti de flamme qu’il faut à tout prix faire jaillir la flamme à tout moment ?

On se souvient lors de l’élection présidentielle de 2018, c’est le président de l’Assemblée Nationale accompagné des ministres qu’on a vu en train de mettre le feu sur les gadgets d’un parti de l’opposition.

Ce qui se passe ces derniers jours avec les actes d’agressivité, de vandalisme, de barbarie voire de “terrorisme” observés chez les militants du RDPC lors du renouvellement des organes de base mérite d’être pris très au sérieux. Sauf si je me trompe, depuis l’indépendance du Cameroun jamais on a vu un parti politique s’illustrer avec autant de violence sous le silence et l’indifférence complice des autorités.

Lorsqu’on se rappelle que des militants des partis de l’opposition sont en prison et risquent la peine de mort pour avoir voulu manifester pacifiquement pour demander la fin de la guerre au Noso, on se demande bien si les militants du parti au pouvoir ont la légitimité de la barbarie, de l’insurrection et du terrorisme.

L’inaction du gouvernement face à la barbarie du RDPC doit faire l’objet d’un constat d’huissier.

Opinion

Exhortation Fédéraliste

La prise en charge des prisonniers

Devoir moral

Il y’a un an nos amis politiques valeureux et courageux ont participé aux marches blanches organisées par le MRC.

Nous avons toujours prôné le changement dans la Paix et par les Urnes et pourtant le prix est payé lourdement par les prisonniers politiques actuellement incarcérés.

Notons que certains prisonniers politiques après la prison ne pourront peut être plus avoir des enfants car ayant été sauvagement torturés. Il est aussi évident que d’autres ayant laissé les épouses dans la précarité seront célibataires après la prison.

Les conséquences des années de prison seront lourdes et ils seront vraiment impactés.

Nous chantons changement dans la paix et pourtant c’est quoi le sacrifice ?

Ceux qui sont incarcérés ont payé la rançon et nous qui sommes libres c’est quoi notre contribution ?

Le MRC a au moins 13 Régions opérationnelles.

10 Régions au Cameroun
3 Régions au moins
opérationnelles en
Diaspora

Nous estimons à plus de 2500 militants ceux des 3 Régions opérationnelles de la diaspora.

Si chaque militant verse 50€ en diaspora, on pourra facilement enregistrer 75.000€.

Au final c’est quoi être militant en diaspora 🤔
Déjà que nous ne sommes pas présent aux marches blanches au Cameroun.

Si un militant en diaspora ne peut pas verser 50€ pour les familles des prisonniers, il devrait remettre son militantisme en question ❓

Je me limite aux militants et adhérents en diaspora.

Nous estimons à plus de 10.000 le nombre de militants dans les 10 Régions du pays.

Nous parlons des militants et non des sympathisants ou des adhérents.

Si chacun verse 1000fcfa juste l’argent d’une bière 🍺 on aura 10 millions.

Au final c’est quoi être militant au Cameroun 🤔
Surtout qu’on a refusé de participer aux marches de peur d’être arrêté et jeté en prison.

Certains diront qu’ils sont sortis pour eux, ceux qui sont en prison pas pour le président.

Et nous qui ne sommes pas sortis on dit quoi pour nous même🤔

Nous devons avoir honte vraiment.

Le changement devrait commencer par nous même

C’est mobiliser 60 millions qui pose problème ?

Les militants du MRC en diaspora comme au Cameroun n’arrivent pas à mobiliser 60 millions ?

On crie tous les jours dans les réseaux sociaux pour jouer au malin quand il faut compatir pour ceux là qui ont bravé la dictature.

Si nous ne pouvons pas manifester notre amour 💘 envers nos prisonniers politiques, c’est aimer les Camerounais qui sera une chose facile quand nous allons arriver aux affaires ?

Nous soulignons que
Pour 124 prisonniers, il faudra au minimum:

  • 50 milles pour une famille
    d’un enfant scolarisé.
  • 100 milles pour une famille
    de 2 enfants scolarisés.
  • 150 milles pour une famille
    de 3 enfants scolarisés.
  • 200 milles pour une famille
    de 4 enfants et +
    scolarisés.

Il faudra prévoir 50 milles supplémentaires pour les familles qui ont au moins un enfant au lycée et 100 milles pour les familles qui ont au moins un enfant à l’université.

Quand on évalue tout ceci, on constate qu’on aura besoin de 60 millions au moins pour gérer les familles des prisonniers.

Se battre pour le changement c’est aussi justement participer au soutien des familles des prisonniers, à leur nutrition en prison, à leur reinsertion après la prison.

Le changement devrait commencer par nous même.

Nous devons changer nos mentalités.

Kuete the federalist

Opinion

LES UNIVERSITAIRES DU CAMEROUN NOUS CONDUISENT OU ?

Messieurs les Professeurs et Docteurs, où portez-vous maintenant vos regards ? Le week-end passé, l’armée camerounaise a perdu 11 militaires dans des attaques des Séparatistes.

Depuis là, on ne vous voit plus pontifier sur vos Etats westphaliens, vos monstres froids, vos Léviathan et autres conneries de la même espèce. Vous avez conduit le Gouvernement dans la mélasse d’une guerre sécessionniste, avec vos incitations et vos fausses analyses.

Maintenant que la situation, échappe à tout contrôle, que conseillez-vous au Gouvernement ? Dites-le lui, puisqu’il a cruellement besoin de vos conseils! Vous lui demanderez de persister dans cette logique ruineuse, au motif que l’Etat du Cameroun est westphalien ?

Les militaires qui meurent au front sont des hommes, des fils des femmes qui ont souffert pendant 9 mois pour les accoucher. Ce sont des enfants dont on s’set occupé, et ce sont des chefs de famille utiles à leurs femmes et leurs enfants qui attendent plutôt une promotion que le cercueil précoce.

On nous parle de 1200 éléments des Forces de Défense et de Sécurité déjà tombés !

Ce ne sont pas des animaux tout de même ! Ce sont des hommes et ces hommes ont aussi un nom !

Les intellectuels qui ont poussé le Gouvernement dans cette folie ont aussi des noms : il s’agit clairement de Matthias OWONA NGUINI, diplômé en Sciences politiques, d’Aristide BITOUGA, diplômé en Anthropologie, d’Edouard BOKAGNE qui a un diplôme d’histoire, de NKOLO FOE, diplômé en Philosophie, de Patrick RIFOE, diplômé en Sciences politiques.

D’autres existent, même s‘ils sont moins visibles.

C’est eux, cette bande de diplômés qui a intellectualisé la puissance invincible de l’Etat unitaire soi-disant westphalien et promis à l’Etat de ne faire qu’une bouchée de la Sécession.

Une bande de Diafoirus sans intelligence, et incapables de la moindre analyse réaliste d’une situation concrète ! Comment des gens normaux, ayant en plus fait des études en droit, en Economie, en anthropologie, en sociologie et en histoire n’ont pas été capables de comprendre spontanément que le problème anglophone était insoluble dans le cadre d’un Etat unitaire ?

Tout montrait pourtant que c’était de la folie pure que de croire à une victoire de l’Etat unitaire sur la Sécession !

D’abord, le destin d’une guérilla de l’ampleur de la Sécession anglophone, couvrant 20% de la population, impossible à contenir dans le cadre d’un Etat unitaire.

Ensuite, l’histoire des 4 pays nés fédéraux qui se sont amusés à supprimer le fédéralisme et qui ont connu exactement le même parcours : l’Ethiopie qui a connu la Sécession avec l’Erythrée, lke Soudan avec le Soudan du Sud, la Somalie avec le Somaliland. Ne restait que le Cameroun, et nous y sommes aussi !

Or, pour n’importe quel individu, il apparaissait dès le départ que le seul moyen de combattre la sécession anglophone était de lui opposer une police locale, constituée de la même population où se recrutent les Amba Boys, maitrisant l’environnement comme eux et disposant de la même légitimité.

L’armée nationale devait plutôt jouer le rôle de force de soutien à cette police, ce qui l’évitait d’apparaitre comme une force d’occupation.

Mais en opposant de front les Amba Boys qui sont les « enfants du pays » à un conglomérat d’allogènes venus de partout et notamment des régions francophones, qu’escomptait le Gouvernement ?

Il fallait être profondément malade pour espérer un seul instant que les Anglophones allaient trahir leurs enfants réfugiés en brousse et qui combattent un système unitaire dont pratiquement aucun Anglophone ne veut, en dehors de quelques têtes du Gouvernement ! Et encore, car ce n’est pas sûr que tout ce monde soit si fidèle à l’Etat unitaire, et qu’ils ne soient là que par contrainte et intérêt.

Nous sommes entrain de perdre bêtement les Anglophones. Cet entêtement de mule, cette rigidité cadavérique dans l’analyse des faits sociaux, cette pensée ossifiée, cette incapacité d’avoir les pieds sur terre nous conduit dans un abîme sans fond.

Il n’y aura jamais de victoire contre Sa sécession anglophone et les Anglophones ne retourneront jamais à l’Etat unitaire : il faut en prendre acte et avancer !

Car avec le temps qui ne fait que passer, même le fédéralisme qui apparaissait comme la meilleure formule pour tout le monde cessera de présenter la moindre opportunité de solution. Les Amba Boys, commencés avec des machettes, ont monstrueusement accru leurs capacités de nuisance au point de combattre l’armée sans complexe. C’est eux qui sont en gros progrès, c’est eux qui se renforcent en expérience, en armement et en organisation. Pendant ce temps, le Gouvernement du Cameroun se retrouve totalement piégé et ne sait plus que faire !

Et ce n’est pas avec une telle configuration qu’ils peuvent se mettre à table pour négocier une Fédération !

Les intellectuels du régime de Biya nous conduisent où ? Qu’est-ce qu‘ils conseillent maintenant, en dehors du « monstre froid » qu’ils ont promu jusque-là ? Que le Gouvernement reste dans ce sillage absolument schizophrène ?

Nous sommes clairement dans l’abomination !

Comme je l’avais annoncé dès le début de cette crise, le Gouvernement unitaire va mendier à genoux les liens confédéraux avec les AMBA BOYS.

C’est aussi cela le prix de l’imbécilité dogmatique.

Dieudonné ESSOMBA

Opinion

Lettre de démission du Dr John Ngu Foncha

«Yaoundé, le 9 juin 1990

Excellence,

DÉMISSION DU RDPC

J’ai l’honneur d’informer votre Excellence qu’après un examen approfondi et une réflexion approfondie, j’ai décidé de vous adresser ma démission du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Les raisons pour lesquelles je démissionne sont les suivantes:

Le RDPC qui m’a élu premier vice-président national est le parti qui forme le gouvernement du Cameroun et qui est responsable de l’élaboration des politiques gouvernementales.

En tant que vice-président national du parti, il m’a été impossible d’utiliser mon haut poste pour contribuer de quelle que manière que ce soit à façonner ou à influencer les politiques du parti et de la nation, pour les raisons suivantes:

1) Mes demandes d’audience avec le chairman (président) du parti pour discuter des problèmes ont été systématiquement rejetées.

2) Plusieurs mémos et rapports que j’ai faits par écrit sur plusieurs enjeux nationaux importants ont été ignorés.

Au cours de ma carrière politique qui a duré plus de quarante ans, j’ai dirigé le groupe qui a milité pour que les populations du Southern Cameroon votent en faveur de l’unification, après quoi je suis allé d’un village à l’autre au Cameroun oriental, au risque de ma la vie, pour calmer le terrorisme qui existait à l’époque. J’ai même hébergé des camerounais recherchés au Cameroun oriental. Je les ai avec succès réconciliés avec le gouvernement d’Ahidjo. J’ai failli être abattu alors que je partais de Bafang en mission de rétablissement de la paix.

Après l’unification, beaucoup de Camerounais ont eu confiance en moi et lorsque les premières élections présidentielles furent imminentes, beaucoup de gens m’ont exhorté à me présenter comme candidat contre le président Ahidjo. J’ai décidé plutôt d’assurer la vice-présidence afin d’éviter des conflits inutiles et de nouvelles effusions de sang.

Lorsque le président Ahidjo a décidé de se débarrasser de moi en tant que vice-président, beaucoup de Camerounais ont sympathisé avec moi et m’ont exhorté à en parler, mais pour l’amour de la paix, je suis revenu tranquillement pour vivre dans mon village comme un simple citoyen.

Après m’être installée dans mon village, j’ai été occasionnellement consulté sur certaines questions nationales et j’ai accepté de servir le peuple camerounais à quelque titre que ce soit selon les pouvoirs placés en moi. Lorsque la direction du Cameroun a changé de mains et que votre Excellence est devenu président de la République et, finalement, chef de l’UNC, j’ai assuré à votre excellence que j’étais à votre disposition et prêt, de par mon expérience, à vous donner les conseils dont vous pourriez avoir besoin sur des questions nationales.

1) Malheureusement, cela ne s’est pas passé comme il est devenu clair pour moi que j’étais devenu une nuisance non pertinente qu’il fallait ignorer et ridiculiser.

  • Je devais être utilisé maintenant seulement comme une marionnette [window dressing] et non pas écouté. La plupart du temps, je suis convoqué à des réunions par la radio, sans que ma intervention soit inscrite à l’ordre du jour.

2) Tous les projets de l’ancien Cameroun occidental que j’avais initiés ou qui me tenaient très à cœur ont été retirés, mal gérés et ruinés. Par exemple: Cameroon Bank, Office de commercialisation du Cameroun occidental, AMA à Wum, Mouvement coopératif du Cameroun occidental.

3) Alors que j’ai passé toute ma vie à me battre pour développer un port en eaux profondes à Limbe (Victoria), ce projet a dû être mis de côté et un pipeline coûteux construit de la SONARA de Limbe à Douala pour acheminer le pétrole vers Douala.

4) Toutes les routes de du Cameroun occidental que mon gouvernement avait construites, améliorées ou entretenues ont été délaissées en état de détérioration, rendant Kumba-Mamfé, Mamfé-Bamenda, Bamenda-Wum-Nkambe et Bamenda-Mom inaccessibles par la route. Les projets ont été abandonnés même après que le pétrole ait généré suffisamment d’argent pour leur construction et celle du port de Limbé.

5) Tous les progrès en matière d’emploi, de nomination, etc., destinés à promouvoir une représentation régionale adéquate au sein du gouvernement et de ses services ont été révisés ou modifiés aux dépens des défenseurs de la VÉRITÉ et de la justice. Ils sont identifiés comme «Foncha-man» et mis de côté.

6) Les Southern Camerounais que j’ai amenés dans l’Union ont été ridiculisés et étiquetés comme «les Biafrais», «les ennemis domestiques», «les traitres», etc., et les dispositions constitutionnelles qui protégeaient cette minorité du Southern Cameroon ont été suprimées, leurs voix sont noyées tandis que la loi du canon a remplacé le dialogue que chérissent les Southern Camerounais.

7) Les médias nationaux ont été utilisés par le gouvernement par le biais de personnes qui n’ont jamais voté pour l’unification afin de mal informer les citoyens à propos de Bamenda. Des mensonges délibérés ont été publiés par le biais des médias pour tenter d’isoler les Southern camerounais du Cameroun qui ont voté pour l’unification et les ont soumis à la haine et à davantage de discrimination et de harcèlement de la part des autres camerounais.

8) Les détournements des fonds publics sous toutes les formes et l’exportation illégale de notre monnaie [argent] par la classe privilégiée semblent aller sans punition, mais sont plutôt tolérés.

9) La constitution que j’ai tenue et prêchée comme loi suprême du pays est à bien des égards ignorée ou manipulée… Que le RDPC ne se dirige pas dans la direction où il se retrouvera entrain de s’écrouler plus rapidement que les gouvernements «forts» qui se sont effondrés récemment. Ma démission prend effet à compter d’aujourd’hui, le 9 juin 1990.

Merci.

J’ai l’honneur d’être
respectueusement votre,
Dr. J.N. Foncha

Opinion

La sexualité dans l’histoire

Le sexe avec des animaux a une longue histoire : il y avait des bordels pour cela dans la Rome antique

La zoophilie a une longue histoire qui traverse toutes les cultures. Mais on en parle peu pour ne pas ternir son propre passé. La Rome antique avait même des bordels spéciaux pour les relations sexuelles avec des animaux.

En 1948 et 1953, le rapport Kinsey, les deux livres célèbres et rapidement classiques du chercheur américain Alfred Charles Kinsey sur le comportement sexuel humain, a révélé que 8 pour cent des hommes et 3,6 pour cent des femmes interrogés avaient eu des interactions sexuelles à un moment donné avec des animaux.

Le contact sexuel avec les animaux n’est pas inhabituel dans notre culture ou à notre époque, même s’il semble plutôt rare. Selon l’organisation de défense des droits des animaux Peta, environ 85 pour cent des cas de zoophilie concernent des chiens et des chevaux. Au début de la période moderne (vers 1500-1800), il s’agissait généralement de chèvres, de vaches, de cochons, de chevaux, d’ânes, de chiens et de poulets.

Cela dépendait des animaux qui étaient principalement élevés dans les régions. Lors de la guerre de Souabe et de la guerre de Suisse (de janvier à septembre 1499), les Souabes ont insulté les confédérés en les traitant de veaux ou de vaches suisses. Ils ont affirmé que les Souabes le conduisaient avec des cochons et étaient des Souabes. Les deux côtés avaient probablement raison. Au village d’Azmoos, les Souabes ont mis un veau en vêtements de mariage et l’ont conduit vers les positions suisses avec la demande d’organiser un mariage.

De nombreuses personnes ont été condamnées à mort pour sodomie

Environ 80 pour cent des condamnations à mort des débuts de l’ère moderne pour sodomie étaient liées à des actes sexuels avec des animaux, le moins étant lié à des contacts homosexuels. Contrairement aux sources, celle-ci est plutôt négligée dans l’histoire des sexualités. L’histoire de cette forme de déviance sexuelle a été jusqu’à présent peu étudiée.

L’histoire de la « sodomie » a jusqu’à présent été en grande partie une histoire héroïque de contacts sexuels entre hommes de même sexe. Le sujet « peu recommandable » du sexe avec desanimaux a été évité afin de ne pas ternir son propre passé. Il s’agissait d’écrire une histoire héroïque de victimes, avec des dizaines de milliers de victimes innocentes, comparable aux martyrs chrétiens de l’Antiquité tardive.

Le terme sodomie est irritant, car il n’y a aucune mention de relations sexuelles avec des animaux dans l’histoire de l’Ancien Testament de Sodome et Gomorrhe. Au Moyen Âge et au début des temps modernes, cependant, toute forme de sexe en dehors du mariage à des fins de procréation était considérée comme une sodomie et donc digne de mort. La punition la plus courante était la mort par brûlure. En règle générale, les animaux ont également été brûlés.

Les dossiers étaient aussi souvent brûlés afin d’effacer la mémoire de ces « outrages ». C’était particulièrement grave pour la grande partie de la population comme les domestiques, les domestiques, les bonnes, les compagnons, les soldats qui n’avaient pas légalement accès à la sexualité car ils n’étaient pas autorisés à se marier . Jakob Michael Reinhold Lenz a évoqué la misère sociale et humaine que ces interdictions de mariage ont provoquée dans sa tragédie « Die soldats » en 1776.

À propos de l’expert

Wolfgang Burgdorf est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’université Ludwig Maximilians de Munich. Il étudie l’histoire de l’Ancien Empire, les relations entre l’Europe et la Turquie ainsi que la perception nationale et européenne de soi et des autres. Il écrit sur ses sujets préférés dans ses livres (dont : La Chute de l’Ancien Empire et la Génération 1860, Frédéric le Grand) et sur FOCUS Online.

La zoophilie existe dans toutes les cultures

Le contact sexuel entre les humains et les animaux est connu dans toutes les cultures du monde depuis l’Antiquité. Aujourd’hui, principalement dans des pays où de nombreuses personnes n’ont pas légalement accès à la sexualité. Les rapports sexuels entre espèces ne sont pas contre nature. Le sexe entre différentes espèces a été documenté chez les animaux domestiques et sauvages. Les dauphins, par exemple, s’accouplent avec toutes sortes d’animaux.

Au Japon, des macaques, une espèce de singe, ont été observés pour avoir des relations sexuelles régulières avec des cerfs. Les macaques mâles qui montent des cerfs ont souvent une position subordonnée dans leur groupe. C’est peut-être pour cette raison qu’ils sont moins susceptibles de bouger avec leurs congénères. Mais les macaques femelles s’amusent aussi avec les cerfs et ne semblent pas s’en soucier. La même chose a été documentée pour les manchots et les otaries à fourrure. Le sexe entre les espèces est commun dans la nature.

Le terme d’aujourd’hui zoophilie, du grec zóon pour êtres vivants ou animaux « et philia pour amour, décrit l’attirance sexuelle pour les animaux. Le terme a été inventé en 1896 par Richard von Krafft-Ebing dans son ouvrage « Psychopathia sexualis ». Au début de l’époque moderne, on parlait de sodomie sous forme de bestialité.

A Rome il y avait des bordels avec des animaux

Le sujet des relations sexuelles avec des animaux imprègne diverses cultures depuis des milliers d’années. Dans les livres juridiques hittites (XVIe siècle – XIIIe siècle av. J.-C.), les actes sexuels avec des animaux sont généralement punissables. Dans l’Ancien Testament, dans le Livre du Lévitique, les relations sexuelles avec des animaux sont punies de mort. La mythologie antique est également pleine de zoophilie. Le père des dieux Zeus a choisi le cygne incognito pour les raids sodomites sur Léda ou, comme dans le cas de la princesse proche-orientale Europe, le taureau camouflé. Il a kidnappé Ganymède comme un aigle. Pasiphaé, la fille du dieu solaire Hélios, épouse du roi Minos de Crète, est tombée amoureuse d’un taureau et a donné naissance au Minotaure, un être avec un corps humain et une tête de taureau.

Sur un relief du temple de Lakshmana (vers 930-950) dans le nord-est de l’Inde, on peut voir des hommes pénétrer des chevaux. Dans d’autres représentations, les femmes sont pénétrées par des chevaux. Dans la Rome antique, il y avait des bordels qui portaient les noms des espèces d’animaux qui y étaient disponibles pour le sexe. Jusqu’en 2015, il y avait quelque chose de similaire au Danemark. Depuis des siècles, les chiens sont également dressés à des fins sexuelles, notamment pour le cunnilingus, le sexe oral, mais aussi pour la pénétration.

L’historienne autrichienne Susanne Hehenberger a fait un très bon travail sur ce sujet en 2006 : « Unchess against nature. Essais de sodomie au début de l’Autriche moderne ». Il examine 53 procès de sodomie de 1581 à 1780, dont seulement deux cas de sodomie hétérosexuelle. Une fois c’était à propos d’inceste, l’autre fois c’était un colporteur juif et une bonne catholique. Les relations sexuelles avec des juifs, des musulmans et d’autres non-chrétiens étaient également considérées comme de la sodomie. Un autre cas concernait le sexe masculin de même sexe. La majorité des cas, cependant, concernaient des relations sexuelles entre l’homme et l’animal. Parfois, pour d’autres délits, comme l’insubordination, l’accusation de sodomie était engagée pour obtenir une certaine condamnation à mort et éliminer le fauteur de troubles.

C’étaient souvent de jeunes hommes célibataires qui avaient des relations sexuelles avec des animaux

Souvent, les délinquants sont des hommes pauvres en marge de la société avec un accès limité aux ressources telles que la nourriture et le sexe, des braconniers, des domestiques, des colporteurs. Environ 1500 processus pertinents de la fin du 17e à la fin du 18e siècle ont été transmis pour la Suède moderne . Entre 1641 et 1791, un total de 127 condamnations à mort ont été exécutées par l’huissier fédéral de Kyburg, dont 78 pour bestialité ou pratiques homosexuelles.

Dans la région zurichoise , les condamnés pour bestialité étaient presque toujours de jeunes hommes célibataires. En 1974, William Monter enquête sur des procès de sodomie en ville de Genève et dans le canton de Fribourg. Alors qu’à Genève aux XVIe et XVIIe siècles, ce sont principalement des travailleurs migrants, des Italiens, qui sont condamnés pour pratiques sexuelles homosexuelles, dans le canton de Fribourg ce sont presque exclusivement des hommes locaux qui sont exécutés pour bestialité.

Il y a une nette différence entre ville et campagne. Mais aucun des deux groupes d’hommes n’avait légalement accès à la sexualité hétérosexuelle, car il n’y avait pas non plus de bordels dans la Genève calviniste. L’enquête sur les processus de sodomie dans la campagne catholique de Saint-Gall montre également, pour la plupart, des pratiques sexuelles entre hommes et animaux.

En Indonésie, il y a encore aujourd’hui des bordels avec des orangs-outans

Des résultats similaires révèlent les études d’Helmut Puff, pionnier de l’histoire des sexualités, pour la Suisse réformée et l’Allemagne protestante aux XVe-XVIIe siècles. Chez Hehenberger on apprend que des personnes qui voulaient mourir à cause de conditions de vie insupportables ou de maladies s’accusaient à plusieurs reprises de sodomie car le suicide mettait en danger le salut de leur âme. L’auto-accusation de sodomie a servi de substitut au suicide, suicide indirect par exécution face à des souffrances insupportables.

Contrairement à l’ère pré-moderne, cependant, il semble y avoir eu très peu de condamnations pour zoophilie depuis le début du 19ème siècle, lorsque les interdictions gouvernementales du mariage ont été abolies. La législation sur la sodomie touchait désormais presque exclusivement les hommes de même sexe prédisposés.

À maintes reprises, il y a des rapports dans notre présent d’orangs-outans dans des bordels en Indonésie et à Bornéo. Les femelles singes humains sont rasées et dressées. Les clients sont des menuisiers ou travaillent dans des plantations de palmiers à huile. Les personnes qui utilisent sexuellement ces animaux sont issues des milieux les plus pauvres et ne peuvent se permettre d’avoir des rapports sexuels avec une « prostituée humaine ».

Cela rappelle beaucoup les cas de sodomie pré-modernes au sens de la bestialité en Europe. Mais cela signifie aussi qu’ici, comme au début de l’Europe moderne, nous ne pouvons pas reconnaître les zoophiles. Ils sont invisibles dans la foule de personnes qui n’ont pas eu légalement accès aux relations hétérosexuelles ou qui n’en ont pas les moyens.

Jean Pierre Samedjeu

Opinion

🔴18 ATTITUDES IMPORTANTES À ADOPTER DANS LA VIE ⬇️

  1. Prenez des risques dans votre vie. Si vous gagnez, vous pouvez diriger. Si vous perdez, vous pouvez guider.
  2. Les gens ne sont pas ce qu’ils disent mais ce qu’ils font. Alors ne les jugez pas par leurs paroles, mais par leurs actions.

3.Lorsque quelqu’un vous fait du mal, ne vous sentez pas mal parce que c’est une loi de la nature que l’arbre qui porte les fruits les plus sucrés reçoit le maximum de pierres.

  1. Prenez tout ce que vous pouvez de votre vie, car lorsque la vie commence à prendre de vous, il va jusqu’à prendre votre dernier souffle.

5.Dans ce monde, les gens vont toujours jeter des pierres sur le chemin de votre réussite. Cela dépend de ce que vous faites d’eux : un mur ou un pont.

6.Les défis rendent la vie intéressante ; les surmonter rendent la vie utile.

  1. Il n’y a pas de joie dans la victoire sans risque de défaite.

8.Un chemin sans obstacles ne mène nulle part.

9.Le passé est un endroit agréable à visiter mais certainement pas un bon endroit où séjourner.

10.Vous ne pouvez pas avoir de meilleur “demain” si vous pensez à “hier”.

11.Si ce que vous avez fait hier vous semble encore grand, alors vous n’avez pas beaucoup fait aujourd’hui.

12.Si vous ne construisez pas vos rêves, quelqu’un d’autre vous embauchera pour construire le sien.

13.Si vous ne montez pas sur la montagne, vous ne pouvez pas voir la plaine.

14.Ne le laissez pas au repos – Utilisez votre cerveau.

15.Vous n’êtes pas payé pour avoir un cerveau, vous êtes seulement récompensé pour l’utiliser de manière intelligente.

16.Ce n’est pas ce que vous n’avez pas qui vous limite ; c’est ce que vous avez, mais que vous ne savez pas comment utiliser.

  1. Ce que vous ne parvenez pas à apprendre peut vous enseigner une leçon.

18.La différence entre une personne corrompue et une personne honnête est : que la personne corrompue a un prix alors que la personne honnête a une valeur.

RENDEZ-VOUS AU SOMMET 🔥❤️💪

Entrepreneur 3.0

Back to Africa

Opinion

⚽#Mimi_Fawaz_insultée_par_qui ?!
🦟La journaliste et les moustiques🦟
. —-
• Une piqûre de moustique, ça peut inquiéter quiconque n’en est pas souvent la cible. Être pris en chasse par un moustique dans sa chambre, ça peut être effrayant. Tweeter sur un moustique affamé, ça peut provoquer une avalanche d’insultes comme c’est le cas pour la journaliste nigériane de la BBC Mimi Fawaz qui l’aura appris à ses dépens. Le journal en ligne People évoque les insultes de Camerounais.

• Des Camerounais dont certains n’hésitent pas toujours à attribuer, à tort, le monopole de l’injure à d’autres d’un bord politique proche de l’Opposition. Mais au fait, auprès de quel bord idéologique appartiendraient ceux-là qui ont insulté Mimi Fawaz ? Lire ci-dessous l’article de People.
. —-
MIMI FAWAZ: « JE N’AI JAMAIS EU AUTANT D’INSULTES QU’AU CAMEROUN »
Auteur : Marie Claude | 26 août 2021

La journaliste nigériane de la BBC Mimi Fawaz a reçu un paquet d’insultes de la part des camerounais. C’était après un tweet de sa part sur des moustiques à son hôtel au Cameroun.
Mimi Fawaz ne savait pas que c’est comme ça que les camerounais allaient lui faire. Elle a été une cible facile de la vindicte populaire des camers sur les réseaux sociaux il y a quelques jours. Elle avait été invitée par la CAF pour présenter la cérémonie de tirage au sort de la CAN Total Energies 2021, qui se déroulera au Cameroun du 09 janvier au 06 février 2021.

A la fin de la cérémonie, la journaliste s’est retirée dans sa chambre d’hôtel. Elle a part la suite fait un tweet disant qu’elle « se battait avec un moustique ». Bref un moustique serait dans sa chambre et ça l’a perturbé. Les camerounais n’ont pas laissé l’affaire passer. Mimi Fawaz a été couverte d’insultes de tout genre. Bien qu’elle a par la suite demandé des excuses à tous les camerounais, elle a été traumatisée par l’expérience.

“Parlez du moustique qui voulait me piquer c’était une blague sur un moustique. C’est pas le pays que j’insultais.” 👇

Opinion

LE CROQUE-MORTISME INTELLECTUEL DE Me TIMBANE BOMO EST INACCEPTABLE

Dans une méchanceté intellectuelle qui horrifierait même le plus fieffé adepte d’une Church of Satan, Me TIMBANE, enlève à la mémoire de MIRABELLE LINGOM, tout ce qu’elle sut nous laisser comme héritage : le combat pour la dignité humaine.

Elle a su nous dire par sa capacité à défendre son honneur, à défendre la vérité, à défendre ses droits, ce qui nous restera quand on aura tout perdu, quand comme elle, on n’est rien et on n’a rien.

Dans un révisionnisme digne des plus habiles historiens des ténèbres Nazis, le Pasteur réécrit cette histoire qui s’est déroulée ici même sous nos yeux, il blanchi les suspects, il efface les crimes, il efface la dernière volonté de MIRABELLE LINGOM, hier encore réaffirmée par son frère aîné sur radio Équinoxe: sa fin de non-recevoir à la négociation entreprise et son désir de voir passer la justice.

Inapte désormais à désigner les vrais coupables qui ont privé cette enfant d’une justice efficace, rapide, qu’on a pourtant vu à la manœuvre quand il s’est agi de punir de pauvres malheureux, tenaillés par les frustrations de la vie qui n’ont pu l’exprimer que dans le langage de la rue qu’ils connaissent : “le gros cul de la mère de Paul BIYA”.

En attendant une autopsie qui nous donnera définitivement des indications sur la cause de cette mort, il nous est revenu que MIRABELLE LINGOM présentait des symptômes d’accélération de son transit intestinal…
Deux hypothèses : soit une intoxication criminelle ou accidentelle, soit une infection. Quelle que soit l’hypothèse retenue, il apparait que cette enfant est une victime des INSECURITES CHRONIQUES du système BIYA. Alors que samedi dernier encore, Chantal BIYA sautait dans un avion spécialement affrété pour aller arracher sa fille des mains de la police Genevoise, qui lui reprochait son addiction à certaines substances, MIRABELLE LINGOM mourrait d’insécurité, de misère et de ses fragilités, dans un hôpital délabré de DOUALA.

Me TIMBANE, n’a rien vu de tout ça, pire, il est devenu le défenseur des bourreaux qu’il semble finalement n’avoir jamais cessé d’être et tel un croque-mort, il utilise le corps sans vie de MIRABELLE pour assouvir ses désirs de vengeance contre ses “amis politiques” d’hier. C’est moralement inacceptable…

LES VICTIMES DU GÉNOCIDE SILENCIEUX : MIRABELLE LINGOM COMME MONIQUE KOUMATEKEL

La vraie leçon à tirer de ce décès est que des centaines de milliers d’autres camerounais disparaissent dans l’anonymat chaque année, annihilés par le RÉGIME DES INSÉCURITÉS ORGANISÉES DE BIYA.
Pire que la guerre au NOSO ou n’importe quel génocide, l’insécurité organisée est la première cause de mortalité au Cameroun : une précarité sociale endémique, un système de santé moyenâgeux, un réseaux routier criminogène…

Face à un tel désastre, le seul combat qui vaille, c’est congédier promptement le régime BIYA . C’est le cancer du Cameroun que Me TIMBANE a depuis quelques temps décidé d’oublier.

Me Amedee Dimitri Touko Tom

Opinion

🔴[POINT DE VUE] Clarence Yongo demande que “les auteurs des malheurs de Mirabelle Lingom soient punis.”

La journaliste, militante des droits de la femme réagit après le décès brutal de Mirabelle Lingom ce lundi. Cette dernière ( image 2 et 3) avait récemment porté plainte contre 4 cadres du PCRN pour cyberharcèlement entre autres.

La réaction de la CEO de Griote Tv


Tous coupables,

Nous sommes tous coupables et il est temps de se lever pour stopper la saignée.

Christelle Mirabelle est un exemple patent, palpable, honteux et inhumain des conséquences des violences faites aux femmes et particulièrement de cyberviolence.

Harcelée, humiliée et violée face à un mur de personnes insensibles. Nous sommes tous restés muets et l’avons abandonnée dans sa douleur. Les bourreaux faisaient de sa situation un élément de railleries.

Christelle était tiraillée entre ceux qui l’insultaient dans la rue, sa famille divisée pour ou contre sa cause et une dernière catégorie impassible. Celle-là pensait que ce qui lui arrive ne la concerne pas.

Pour nombre d’entre nous, elle en faisait trop, juste un harcèlement cybernétique et un viol, histoire bénigne. Rien de bien grave n’est-ce pas ?

Et pourtant, cette jeune femme souffrait dans sa chair. Elle avait une mine flétrie et se sentait épiée. Elle meurt dans la douleur psychologique la plus absolue, même si elle faisait l’effort d’oublier l’adversité constante qu’elle devait affronter. Je puis vous dire qu’elle a souffert avant sa mort.

Christelle Mirabelle aurait pu être votre sœur, votre fille, votre enfant. Ça peut vous arriver à vous-même.

Il est temps de dire “Ça suffit!”

Mobilisons nous pour que cela n’arrive plus et surtout pour que les auteurs de ses malheurs soient punis.

Christelle Mirabelle que la terre nos ancêtres te soit légère.

Médiatude

Opinion

🔴🔴VOICI LE FILM DE LA MORT DE MIRABELLE CHRISTELLE LINGOM

Christelle Mirabelle LINGOM est cette jeune fille victime des déclarations diffamatoires et calomnieuses de certains cadres du PCRN. Ces derniers ont récemment fabriqué des mensonges sur cette jeune fille âgée de 25 ans , déclarant faussement que j’ai eu les rapports sexuels avec elle et que je l’ai sodomisé. Ayant appris ces insanités, elle a fait une sortie pour démentir ces ramassis de mièvres affabulations. Comme si cela ne suffisait pas, elle a été victime d’un viol. Il faut préciser que Christelle Mirabelle LINGOM était l’ex d’un certain BAPES, militant du PCRN.

Suite à ces mensonges infâmes et feminicides, elle a décidé de les poursuivre en justice. C’est ainsi qu’elle a déposé une plainte à la légion de Gendarmerie de Bonanjo à Douala où j’ai été convoqué avec ma compagne pour besoin d’enquête. Nous avons déferré à cette convocation et la fin des enquêtes ont établi qu’elle et moi avions effectivement été calomniés et diffamés.

Le #7 août Mirabelle m’écrit pour m’expliquer que ses calomniateurs veulent négocier avec elle et elle me demandait quoi faire. Je lui ai fait savoir que la décision lui revenait. Le 30 août 2021 je la contacte pour lui demander quelle a finalement été sa décision. Elle me répond : << On continue avec la procédure, ils sont tellement arrogant >>. Je lui fais savoir qu’elle à tout mon soutien.

Ce jour à 17h05, son avocat Me Fabien KENGNE m’écrit en ces termes : <>. L’avocat en question me fait savoir que Mirabelle lui a récemment écrit pour lui dire que ses jours sont comptés. Je contacte un membre de la famille de Mirabelle en retour pour m’enquérir de la situation. Un parent à elle me confirme qu’effectivement elle est décidée ce lundi à 16h46. Le parent en question me rapporte que Mirabelle a déféqué sur elle et l’a appelé aux environs de 11h qu’elle a mal au ventre et qu’elle de trouve à l’hôpital de la cité des palmiers. Il me confie que de 11h jusqu’à l’heure de son décès elle n’a pas été prise en charge dans l’hôpital sus indiqué. << Je suis allé acheté les médicaments de plus de 40 000 Fcfa qu’on m’a demandé d’acheter. Quand je reviens on me dit que Mirabelle est morte >>, m’a souligné son grand frère.

Je n’arrive pas à croire que Mirabelle est morte. Je me souviens encore lorsqu’elle jouait avec ma fille Johanna à la légion de Gendarmerie de Bonanjo le 26 août dernier lorsque j’y me suis rendu pour la défendre.

MIRABELLE, TOI, VICTIME DE DIFFAMATION, DE CALOMNIE, DE VIOL ET AUJOURD’HUI TU NOUS QUITTE À CAUSE PROBABLEMENT DE LA MÉCHANCETÉ DES HOMMES.

JE N’AI PAS DE FORCE NI DE MOT FACE À CETTE TRISTE NOUVELLE. SEUL DIEU DANS QUEL ÉTAT JE ME TROUVE.

JE PRIE LES ÂMES DE BONNE VOLONTÉ DE CONTACTER SON GRAND FRÈRE À CE NUMÉRO POUR SOUTENIR SA FAMILLE : 6 96 37 46 09

Paul Chouta (PC) Agrégé à la prison de Kondengui / Le Tgv de L’nfo
Contact WhatsApp +237 699 217 624

Opinion

🔴🔴ALAIN EDGARD MEBE NGO’O: « JE NE SUIS PAS UN VOLEUR »

Au cours de l’épilogue de la première phase de son interrogatoire devant le Tribunal criminel spécial qui a durée pendant deux jours, l’ancien ministre délégué à la Défense a toujours clamé son innocence sur les faits qui lui sont reprochés. Il explique que ses nombreux biens au centre du procès proviennent essentiellement de ses avantages statutaires divers engrangés pendant sa longue et riche carrière professionnelle ainsi que des activités génératrices de revenus de son épouse.

«Je n’ai pas détourné les deniers publics. Je n’ai pas été corrompu. Je ne me suis pas livré au blanchiment des capitaux pour obtenir les biens que je possède». Ces propos sont ceux de Edgard Alain Mebe Ngo’o, qui a rejeté en bloc toutes les accusations portant sur les supposés détournements et complicité de détournements des deniers publics, la corruption, le blanchiment des capitaux et la prise illégale d’intérêt qui lui sont reprochés. Il a soutenu que le colonel Mboutou Elle Ghislain, Maxime Léonard Mbangue, Victor Emmanuel Menyé et Bernadette Minla Nkoulou épse Mebe Ngo’o, ses coaccusés, sont également innocents des faits pour lesquels ils sont poursuivis. C’était au cours des deux derniers jours de la première phase de son témoignage qui se tenait devant le Tribunal criminel spécial (TCS) les mercredi 25 et vendredi 27 août 2021.

On se rappelle que lors de ses réquisitions intermédiaires le parquet avait estimé que les nombreux biens accumulés par Edgar Alain Mebe Ngo’o n’étaient pas proportionnels à ses revenus. C’est la raison pour laquelle le parquet avait estimé que la fortune de ce haut commis provenait des chefs d’accusation mis à la charge de ce dernier. Les représentants du parquet s’appuyaient sur l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction du TCS qui a renvoyé en jugement les cinq personnalités.

Pendant son témoignage Edgar Alain Mebe Ngo’oa donné sa version des faits sur le point que l’opinion attendait et sur lequel l’ancien ministre ne s’était jamais exprimé publiquement depuis son arrestation en 2019, notamment, son immense fortune. Pour sa défense, M. Mebe Ngo’o a expliqué que ses biens n’ont pas une origine douteuse. Pour étayer son argumentaire, il a parlé de sa longue carrière professionnelle. C’est ainsi qu’il a dit avoir bénéficié de nombreux avantages statutaires matériels et financiers qui justifient clairement l’acquisition du patrimoine au centre du procès. D’abord il a indiqué avoir passé 12 ans dans l’administration préfectorale comme préfet de l’Océan à Kribi et du Mfoundi. Ensuite, il s’en est suivi 21 ans de service dans des fonctions de rang ministériel, notamment, plus de 7 ans au poste de directeur du Cabinet civil de la présidence de la République, 5 ans à celui de Délégué général à la Sûreté nationale, 6 ans ministre comme Délégué à la Défense et 3 ans à la tête du ministère des Transports.

Avantages statutaires

Dans la suite de son exposé, l’ancien ministre indique que ces différentes fonctions lui avaient donné droit à des frais de souveraineté, des indemnités pour achat de véhicules de prestige, des frais d’équipement trimestriels, des frais annuels de fonctionnement de l’hôtel particulier, des frais tirés de nombreuses missions à l’étranger. L’accusé a précisé que ces nombreux avantages ont été réinvestis depuis 1985 par sa défunte maman et son épouse, également fonctionnaire, dans des activités génératrices de revenus. Il s’agit de la vente des effets vestimentaires, des activités agricoles, pastorales et piscicoles. C’est dans le cadre de ces activités que Bernadette Mebe Ngo’oa gagné le premier prix au comice agro-pastoral d’Ebolowa à cause de son unité d’huile de palme d’une capacité de production quotidienne de 1000 litres.

Par ailleurs, Mebe Ngo’o cite, entres autres investissements, l’hôtel la Marée, construit en 1993 à l’aide des prêts bancaires, à l’époque où il était préfet de l’Océan à Kribi. En 1997, il note que son épouse Bernadette Mebe Ngo’o avait créé une PME de location de chaises, tentes et chapiteaux. La création de cette structure avait coïncidé avec son passage à la tête de la préfecture du Mfoundi. En 2005, cette PME est devenue une société à responsabilité limitée (Sarl) dénommée «Limousines prestige services». La nouvelle société avait, dit-il, étendu ses activités à la commercialisation des véhicules d’occasion. «Je m’interroge donc sur l’inventaire qui a été effectué sur mes biens dès lors que l’article 66 de la Constitution portant sur la déclaration des biens n’est pas appliqué. Je ne dois rien à l’Etat du Cameroun. Il me semble qu’une hypothèque ne peut être inscrite sur mes biens, surtout pas par le juge d’instruction qui n’a pas la compétence de le faire». Il dénonce le fait que tous ses biens obtenus « sur la base des avantages statutaires et des activités commerciales de son épouse » soient saisis alors qu’il bénéficie encore de la présomption d’innocence. Il se dit victime d’un acharnement inexplicable et parle d’une dérive du juge d’instruction, étant donné que les biens obtenus pendant la période de 2010 à 2015 avant qu’il n’accède aux fonctions de Mindef ont également été saisis.

S’agissant du débat portant sur les détournements et la complicité de détournements des deniers publics, l’ancien Mindef a dit que les dépenses des marchés publics faisaient l’objet de vérification préalable du contrôleur financier, le juge de la conformité de la dépense publique. Il a précisé que les bons d’engagement étaient signés du Mindef, ordonnateur des dépenses et du contrôleur financier avant le paiement à trésorerie générale. La liasse des documents ayant permis ces paiements est aussitôt, dit-il, transmise à la Chambre des Comptes qui les archive.

Cet argument a été corroboré par les témoignages des anciens trésoriers payeurs devant le juge d’instruction. M. Mebe Ngo’o s’indigne du fait, d’une part, que l’accusation refuse de demander à la haute juridiction lesdites pièces devant participer à la manifestation de la vérité d’autre part, que les responsables du Ministère des Finances et de l’Agence nationale d’Investigation financière ne comparaissent pas pour soutenir leurs accusations devant la barre. Il déclare que l’Anif a été saisi sur la base des déclarations mensongères et que le rapport bâclé de la brigade financière de Paris est un mensonge. L’ancien ministre a soutenu n’avoir jamais fait l’objet d’une procédure devant le Conseil de Discipline budgétaire et financière, chargé de sanctionner les irrégularités et fautes de gestion commises par des ordonnateurs et gestionnaires des crédits publics et des entreprises publiques. «Ce procès est entaché d’incongruités et absurdités arithmétiques. Dans le but d’émouvoir l’opinion nationale et internationale, l’accusation a gonflé les montants qui me sont imputés ainsi que mes coaccusés. Les fonds que l’accusation nous réclame ne sont pas sortis des caisses de l’Etat», a-t-il déclaré. Il a ajouté que les prestataires nationaux et internationaux ont été régulièrement désintéressés ce qui veut dire que les fonds querellés n’ont pas été détournés, d’après lui, par des accusés.

«Limousines Prestiges Services»

En ce qui concerne le blanchiment des capitaux, Edgar Alain Mebe Ngo’o s’étonne que l’accusation manque de précision et utilise le terme approximatif pour désigner le montant qui lui est imputé dans cette infraction aussi grave que le financement du terrorisme. Il a déclaré que cette infraction n’est pas autonome étant donné qu’elle est souvent liée à celles de détournement des deniers publics, de la corruption et la vente des drogues et stupéfiants qui ne sont pas constitués dans cette affaire, d’après lui. L’ancien ministre a indiqué en outre que «Limousines Prestige Service» dont les biens ont été «abusivement saisis» n’est pas partie à ce procès et est une personnalité morale différente de son épouse. Il a ajouté que c’était pour des raisons sécuritaires que le choix a été porté sur cette structure pour l’organisation de toutes les cérémonies militaires présidées par le Président de la République ou par le ministre délégué à la Défense. Il explique qu’il fallait s’assurer du matériel utilisé au cours de ces cérémonies délicates pour éviter tout acte terroriste étant donné que le Cameroun était en face des menaces de la piraterie maritime dans la région du Sud-Ouest, les attaques armées dans la région de l’Est par des factions rebelles en provenance de la République centrafricaine, le braconnage armé dans le septentrion en provenance du Soudan et la secte terroriste Boko Haram.

Après cette première phase du témoignage de l’accusé, ce dernier va maintenant faire face au contre interrogatoire de son coaccusé Victor Emmanuel Menyé et surtout des magistrats du parquet et des avocats de l’Etat du Cameroun. Une phase qui promet certainement des étincelles compte tenu des enjeux de ce procès. L’affaire revient les 19 et 30 octobre 2021.

53 immeubles, 39 véhicules et 21 comptes bancaires

Dans l’ordonnance de renvoi le juge d’instruction liste pour le couple 53 immeubles dont 18 dans le Mfoundi, 15 dans le Dja-et-Lobo, 9 dans l’Océan, 7 dans le Mefou-et-Afamba, 3 dans la Mvila ainsi qu’1 à Aubervilliers, en France. A ces immeubles, s’ajoutent 21 comptes courants dans lesquels plus de 300 millions de francs auraient été gelés.Le juge recense également 39 véhicules et engins lourds, notamment douze Mercedes, quinze Toyota, une Lexus, une fourgonnette Renault, deux Peugeot, deux Nissan, quatre Volkswagen et deux Caterpillar. Source : ordonnance de renvoi.

Source : l’hebdomadaire Kalara

×
LIVE OFFLINE
track image
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :