fbpx

Sur les fuites des épreuves à L’OBC les étudiants de l’école nationale supérieure polytechnique de Douala s’expriment

Spread the love

Nous sommes les étudiants de l’ENSPD(l’école nationale supérieure polytechnique de Douala) ex FGI (faculté de génie industriel).
Nous écrivons pour le cas de notre camarade élève ingénieur en 5ème année arrêté dans le cadre de l’enquête sur les fuites d’épreuves au baccalauréat de cette année.
 Il s’appelle Kamga Brandoon Wilson Ledoux, étudiant en Technologie automobile 5e année et co-fondateur de la start-up Waloop organization qui fait dans le marketing digital. Jeune Entrepreneur dévoué depuis son niveau 1 C’est dans ce sens qu’il a signé un contrat avec un institut supérieur privé ISTEG pour qui, il devait faire la communication et le marketing afin de donner une chance aux jeunes futurs bacheliers qui ne réussiraient pas les concours d’admissions dans les grandes écoles d’état de pouvoir intégrer L’ISTEG et réaliser leurs rêves et c’est Dans le cadre de cette activité, il a créé un groupe WhatsApp où il a pu réunir un certain nombre d’élèves et d’étudiants grâce aux liens d’invitations. 
Il se pourrait qu’un membre du groupe ait envoyé l’un des sujets ayant fuité. 
Il s’est fait arrêté le 5 août à son domicile à Douala pour enquête par les agents de la Conac et de la PJ. Il a ensuite été transféré à la PJ de Yaoundé où l’ont rejoint  d’autres accusés en particulier celui qui avait envoyé le sujet dans le groupe. Nous rappelons que notre camarade n’a jamais eu à transférer l’épreuve ayant fuité et encore même Après enquêtes il a été établi qu’ils ne se connaissaient pas et qu’effectivement celui-là était entré dans le groupe grâce à un lien d’invitation. Notre camarade n’a aucun parent ou une affinité dans l’OBC ou dans les couloirs du MINSEC, Aujourd’hui notre camarde est accusé injustement parce qu’il a été administrateur d’un groupe Whatsapp, il est accusé parce qu’il à voulu orienter nos cadets qui nous le savons ne peuvent pas tous réussirent les concours d’état , notre camarade est accusé parce qu’il à osé dans l’entrepreneuriat 
Ce qui nous pose problème jusqu’ici c’est le fait que notre camarade doit soutenir son diplôme d’ingénieur de conception en octobre prochain et qu’il n’est même pas seule sur son mémoire donc le punir c’est aussi punir injustement sa binôme qui jusqu’ici est traumatisée et perturbée face à cette situation ne pouvant même plus continuer les travaux de fin d’études  et que malgré toutes les démarches engagées par notre établissement rien n’a été accepté pour lui permettre de terminer la rédaction de son mémoire et de comparaître en libre, et meme si c’est sous caution nous voulons sa liberté afin qu’il vienne exprimer son génie de mecatronicien à la soutenance de la 1ere promotion de l’école nationale supérieure polytechnique de Douala 

Il ya quelques jours le juge d’instruction a renvoyé l’affaire dans 6 mois pour information judiciaire. Nous, étudiants de l’ENSPD sommes frustrés par les décisions prises par la justice jusqu’ici à l’encontre d’un futur ingénieur, d’un jeune créateur d’emplois et porteur d’espoir pour ce pays qui se veut émergent dans les années avenir

Par Willy S. K.

LIBÉREZ BRANDOON

Copyright © All rights Jean Pierre Samedjeu CoverNews by AF themes.
×
LIVE OFFLINE
track image
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :