fbpx
5 août 2021

KUMBA : “LE PAIN” OU “THE PAIN“

Spread the love

Existe-t-il un lien entre la parole et la mort ? “Le PAIN de vie”, “the PAIN of death” ; Passons au scanner ce mot en rupture de banc avec le souffle de vie. Compte, décompte et recompte, la mort se conte et se raconte désormais à KUMBA. KUMBA, combien de pains ? KUMBA, how much pain ?

LE PAIN DE KUMBA

La vie est un don, la ville de KUMBA nous y a habitué avec son pain de vie. Qui donc n’a pas goûté au pain de KUMBA ? Un pain en partage, un pain qui ne se mange pas seul, un pain que l’on partage, symbole de solidarité et de vie en famille, le pain de KUMBA est l’une des marques les plus frappante de l’unité, de l’union, du vivre ensemble. L’évocation du seul nom KUMBA, renvoie à la joie et au bonheur de vivre. Le nombre de pains importe peu, un seul pain suffit à satisfaire cette joie de vivre. La question du nombre n’est pas au rendez-vous, l’unité basique étant le chiffre UN, “un” comme unité, “un” comme ensemble, “un” comme unité nationale. KUMBA naguère n’eût point besoin de compte et de décompte. L’unité était à son comble. Qui donc a engendré le calcul du nombre de pains qui fait de la peine à KUMBA ?

THE PAIN OF KUMBA

Que c’est triste de voir ce pain de vie virer en peine de mort. “LE PAIN” pour vivre, “THE PAIN” pour mourir. Un même mot, mais des sorts différents. Le mot “PAIN” détermine votre destin selon que vous passez d’une langue à l’autre, selon que vous passez du français à l’anglais. Existe-t-il un lien entre la parole et la mort ? KUMBA vous livre sa vérité avec le mystère du mot “PAIN”. La parole, oui la parole portée par la langue, la langue d’emprunt de surcroît, segmente et séquence votre avenir. La bataille des langues s’est créée un autel de désespoir. Sorte d’offertoire où le choix de l’une ou l’autre langue selle votre sort. Un sort qui en une certaine langue fonde l’unité en joie sans compte ni décompte, et en une autre langue certaine consacre les comptes et les décomptes de peines. Combien ? How much ?

HOW MUCH PAIN ?

Pour dire combien en français, on a besoin d’un seul mot, pour dire la même chose en anglais on en a besoin de deux. Pourtant la langue anglaise compte moins de mots que la langue française. Notre souffrance serait moins intense si ce nombre devenait moins galopant à rebours et à contre rebours. En effet le 24 Octobre 2020, “LE PAIN DE KUMBA” devint “THE PAIN OF KUMBA”. De jeunes élèves à la fleur de l’âge, soustraits à la vie par des actes d’atrocités inouïs. Six morts et treize blessés graves. Souffles coupés, corps ensanglantés, que la peine est dense. Tellement dense que les mots manquent pourtant un seul mot suffit pour traduire cette réalité : le mot “PAIN”. La bataille des langues parlées, la bataille de la parole. Existe-t-il un lien entre la parole et la mort ? Sans nul doute KUMBA nous livre sa vérité. Une vérité assénante et assommante. Avec en prime un nombre, un chiffre qui donne des frissons. Le chiffre “6”. La sentence de la langue serait-elle à ce prix ? Un prix calculé dans le nombre de langues ou le choix d’une langue ? Nous voulons “LE PAIN” et non “THE PAIN”. We need “BREAD”, not “DEATH”.

Il faut sortir KUMBA de ce cycle infernal de la parole qui change le pain en peine. Nos enfants ont besoin de modèles qui promeuvent la vie. “LE PAIN DE KUMBA” en est un. Il faut sauver ce “PAIN” en le sortant de la dissonance langagière du mot “PAIN”. #EndAnglophoneCrisis

Je m’appelle Màsee Ma Loñ
LE DAUPHIN C’EST MOI

#NÉCROLIBERTITUDE

Copyright © All rights Jean Pierre Samedjeu CoverNews by AF themes.
×
LIVE OFFLINE
track image
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :