fbpx
5 août 2021

Le cardinal Tumi sort de son silence

Spread the love

Le prélat s’est prononcé sur RFI, le 15 novembre dernier ; il appelle le président de la république du Cameroun a déclarer l’amnistie.

Lyse Davina
Première sortie médiatique après son kidnapping du 05 novembre dernier sur la route bamenda-kumbo par des hommes armés, relâché le lendemain (06 novembre) ; le cardinal Tumi raconte son échange avec ses ravisseurs :《 ils voulaient avoir mon opinion sur la forme du gouvernement du pays ,je leur ai dit : c’est le fédéralisme ; ils mont répondu non que je fasse tout pour le southern Cameroon ; à mon tour j’ai dit non , j’étais comme eux jeune homme , à la réunification et que nous avions la paix. Je crois que c’est au chef de l’état de faire quelque chose maintenant c’est-à-dire, déclarer l’amnistie pour le retour de la paix , pour que les enfants aillent à l’école ; il faut que l’armée rentre dans ses casernes et ces garçons là déposent les armes ». Il relève également que durant cet enlèvement il a été traité avec beaucoup de respect .

L’archevêque émérite de Douala, a longtemps proposer des solutions pour une sortie de crise Pacifique. Parmi ses propositions, organiser une conférence générale pour les anglophones mais l’initiative n’a pas été approuvée par les autorités. Le prélat de 90 ans reste convaincu que l’amnistie est une solution pour le retour de la paix les régions du Nord-ouest et du sud-ouest.

Copyright © All rights Jean Pierre Samedjeu CoverNews by AF themes.
×
LIVE OFFLINE
track image
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :