fbpx
5 août 2021

La colère des avocats

Spread the love

L’ordre des avocats annonce une grève illimitée du 30 novembre au 04 décembre prochain

Lyse Davina
Une session extraordinaire du conseil de l’ordre des avocats au barreau du Cameroun s’est tenue le 21 novembre dernier à Yaoundé sous la houlette de Me claire Atangana Bikouna ,bâtonnière par intérim ; plusieurs résolutions ont été prises dont entre autres : le port de la robe noire pour les avocats suspendu ,sont également suspendus et ce jusqu’à nouvel avis ,toutes les interventions devant les juridictions statuant en matière criminelle à tous les degrés et les juridictions y compris la cour suprême, et le tribunal criminel spécial et les juridictions statuant en matière de contentieux électoral y compris le conseil constitutionnel. De plus les avocats renoncent aux hommages judiciaires initialement prévus à la cour d’appel, a la cour suprême du Cameroun pour l’ancien bâtonnier charles Tchakounte Patie.


En effet , la colère des avocats intervient après les incidents du 10 novembre 2020 au tribunal de première instance de douala -Bonanjo. Au cœur desquels des avocats avaient été gazé et violenté par les forces de l’ordre entrés dans la salle d’audience alors qu’ils s’opposaient à une décision de mise en détention de deux de leurs collègues.
Suite à cet incident, le procureur de la république du dit tribunal à instruit l’interpellation de 15 avocats tantôt comme victimes ,tantôt comme témoin de la scène qu’ils ont subis ; l’ordre s’offusque de cette procédure. Il est important t de relever que deux d’entre eux sont déjà aux arrêts il s’agit de Me Richard tristel Tamfu Ngarka et de Me Armel Tchunmegne Kenmegne.les deux sont en service au tribunal de douala ; interpellés pat la police judiciaire du littoral le mercredi 18 novembre 2020 gardé à vue pendant 2 jours puis placés sous mandat de détention provisoire à la prison de new Bell avant l’audience prévue ce jour au TPI de DOUALA-Bonanjo. Les motifs de ces arrestations sont « outrage à magistrat, destruction et commentaires tendancieux sur une affaire en cours ». Ce que l’ordre décrit comme étant un « programme de persécution des avocats » par l’utilisation des moyens de l’appareil judiciaire .


Notons que c’est la deuxième fois cette année que les avocats engagent un mouvement d’humeur dans les tribunaux pour protester contre les entraves à leur profession.

Copyright © All rights Jean Pierre Samedjeu CoverNews by AF themes.
×
LIVE OFFLINE
track image
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :