fbpx

Styvy medias

plus loin, plus pro!

Le peuple étouffé a Maroua

Spread the love

Les autorités administratives du Diamaré dans la région de l’extrême Nord du pays interdisent une marche prévue le 29 novembre pour dénoncer les souffrances sociales du peuple

Jean pierre boutche

Lyse Davina


C’est d’abord le sous-préfet de Maroua ,Julien Eymard plong qui a rejeté la demande de manifestation du «collectif citoyen contre les souffrances du peuple » ; la demande a été introduite à son service le 20 novembre 2020,par jean pierre Boutche, porte – parole du mouvement et secrétaire de la fédération communale du mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). La décision du sous-préfet a été rendu public le 24 novembre dernier ; dans le communiqué , il précise que « toutes marches ,activités publiques ,réunions et manifestations publique projetés par le collectif citoyen contre les souffrance sur l’étendu de l’arrondissement de Maroua II , sont interdites. » Julien Eymard Plong ajoute , « le collectif citoyen contre les souffrances du peuples » n’a pas de déclaration, il redoute une menace à l’ordre publique et évoque qu’il s’agit d’une démarche visant à porter atteinte à l’unité et à la paix sociale.


A sa suite, le préfet du Diamaré Jean Marc Ekoa Mbarga proscrit la marche prévue pour le 29 novembre sur l’étendue de son département. Le préfet accuse le porte porte-parole de ce mouvement, de briller par une « attitude insurrectionnelle ». Dans le communiqué rendu public le 25 novembre , il est écrit : « cette prétendue marche Pacifique projeté le 29 novembre a été interdit par le sous-préfet de céans, sans aucune forme de procès, dès lors, toute personne qui se trouvera sur la voix publique ou à tout autre endroit , pour donner suite à une telle activité aux contours lugubres ou répondre aux sirènes dudit inexistant mouvement s’exposera à la rigueur de la loi ».
Par cet interdit le sous-préfet lui, se veut prudent quant à toute forme de déstabilisation de la quiétude sociale ; surtout un moment où la crise socio-politique dans les régions du Nord-ouest et le sud-ouest secoue le pays ; la région de l’extrême Nord quant à elle , na pas encore oublié les stigmates des attaques terroristes de Boko Haram

×
LIVE OFFLINE
track image
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :