fbpx
Opinion

La mort de Ruben Um Nyobe

Spread the love


Le samedi 13 septembre 1958, un détachement de l’armée française opérant par patrouilles de quatre à cinq personnes aidées de pisteurs, de ralliés et de prisonniers, avait entrepris la fouille systématique de la brousse aux environs de Boumnyebel [1] dès les premières heures du jour. En fin de matinée, l’une des patrouilles qui avait repéré les traces des chaussures que portait Um Nyobe retrouva toute la petite équipe du secrétaire général de l’UPC (Union des Populations du Cameroun) au pied d’un rocher que jouxtait un marigot. Inquiétée par le nombre de patrouilles militaires qui passaient aux abords immédiats du Grand Maquis ces derniers mois, l’équipe qui accompagnait Mpodol avait en effet décidé d’abandonner son refuge de Mamélel où la sécurité du leader nationaliste ne semblait plus assurée.
Le groupe qui accompagnait le secrétaire général de l’UPC était constitué de neuf personnes au total : Um Nyobe lui-même, Marthe Ngo Njock, sa compagne dans le maquis, et leur fils, Daniel Ruben Um Nyobe, né au maquis et âgé de 10 mois ; Pierre Yem Back, chef du Secrétariat Administratif/Bureau de Liaison (SA/BL), Théodore Mayi Matip, Antoine Yembel Nyebel (membre du SA/BL), Poha Jean-Marc (cuisinier), Um Ngos (gardien du Grand Maquis) et Ruth Ngo Kam, belle mère de Um. Le départ avait été fixé au crépuscule du 10 septembre, et l’équipe se dirigeait vers un refuge provisoire qu’Alexandre Mbend Libot, trésorier du comité central de l’UPC de Boumnyébel, devait aménager à son intention. C’est ce dernier qui les faisait attendre depuis les premières heures de la matinée du 13

septembre, au pied de ce rocher situé non loin de son maquis, lorsqu’ils furent surpris par une patrouille composée d’un officier français métis et de conscrits tchadiens, accompagnés de Luc Makon ma Bikat, hikokoŋ (mercenaire à la solde de l’armée française et traître, en langue bassa) notoirement connu dans la région et originaire de Makaï, un village voisin. Quand les fusils pointés sur ce petit groupe de personnes sans arme se mirent à crépiter, Um s’écroula au bord d’un tronc de palmier qu’il s’efforçait d’enjamber. Ce fut la fin.
Pour beaucoup de ses compatriotes, Um Nyobe était la figure tutélaire du nationalisme camerounais ; celui qui s’offrait en exemple par son dévouement total à la cause, son courage, la puissance de ses idées, son honnêteté, son intelligence, son éloquence, sa tempérance et sa détermination. Pur produit de ce qu’était alors le Cameroun, il se distinguait précisément par son exacte conformité aux normes que prônait l’UPC et aux valeurs qu’elle défendait. Il ne se tenait pas en face des siens, en « héros civilisateur » ni en homme providentiel ; toute sa pratique politique et son discours témoignent du fait qu’il marchait à leur côté. C’est sans doute ce qui explique que ce qu’il disait ou faisait fût toujours marqué par l’intelligence du lieu d’où il parlait et ancré dans l’histoire longue des populations qui constituaient « le Kamerun ». D’une certaine manière, l’indépendance vers laquelle on marchait était déjà là, à travers la figure de Um qui l’incarnait et l’anticipait. C’est pourquoi la nouvelle de sa mort frappa de stupeur le pays tout entier. C’est aussi ce qui explique que sa disparition ait ébranlé l’insurrection armée en Sanaga-Maritime.
Mpodol jouissait en effet d’une aura exceptionnelle. Avec sa disparition violente, les immenses espoirsqu’il avait suscités se changeaient en stupeur. Dans les maquis, sa disparition avait été si traumatisante qu’elle porta « un coup décisif au mouvement insurrectionnel en Sanaga-Maritime », comme l’écrivit alors la presse française. Et en effet, le « coup décisif » que l’armée française porta à
2 La Nuit rwandaise • N°9 • La mort de Ruben Um Nyobe

l’insurrection nationaliste dans cette région vint non pas de sa force de frappe disproportionnée (face à des insurgés munis d’armes rudimentaires), ni de ses méthodes de guerre qui alliaient les aspects militaire, politique et psychologique, mais bien de l’assassinat de Ruben Um Nyobe. Ce que le pouvoir colonial n’avait pu obtenir par sa campagne de « pacification » qui mobilisait – officiellement – plus de 1500 militaires et gendarmes, sans compter les « groupes d’autodéfense » constitués en supplément, il l’obtint en assassinant un homme: Ruben Um Nyobe.

Spread the love

Spread the loveExhortation Fédéraliste Ceux qui subitement décident d’être candidats […]

Identité africaine

Spread the love

Spread the loveBonjour à tous,Je sais qu’on en parle tous […]

Spread the love

Spread the lovePlusieurs milliers de participants manifestent avant les élections […]

Marthe Moumié ou la persécution jusqu’à la mort

Spread the love

Spread the love ’’Ça c’est l’histoire du Cameroun, il faut […]

×
LIVE OFFLINE
track image
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :